Articles

Comment lutter contre le Cyber-harcèlement en milieu scolaire ?

Retour d’expérience sur 6 années de lutte contre le Cyber-harcèlement dans les collèges. En effet, depuis 2015, j’anime avec la comédienne Elsa Mingot des interventions sur ce sujet à destination des collégiens dans le cadre des Actions Pédagogiques du Conseil Général des Bouches-du-Rhône. Plus de 1500 collégiens du département en ont déjà bénéficié.

 

Le constat : des parents et enseignants souvent démunis

Les enfants et les jeunes ont pris possession d’Internet et des réseaux sociaux, leurs nouvelles cours de récréation virtuelles. Ordinateurs, smartphones, tablettes… les parents ont du mal à suivre la communication en ligne de leurs enfants et les écoles se trouvent également dans une situation difficile, le phénomène débordant largement du cadre scolaire. L’objectif de cette intervention est de responsabiliser les collégiens et lycéens en favorisant un échange sur le cyber-harcèlement.

Former nos « jeunes » à aiguiser leur sens critique et leur empathie dans le monde virtuel est un des enjeux majeur de notre époque. Nous avons le devoir d’informer et encourager les internautes responsables de demain.

A l’heure où les échanges virtuels tendent à devenir à incontrôlables, une situation tout à fait inédite se pointe à l’horizon : ce sont les enfants et adolescents qui bien souvent, enseignent la manipulation des outils numériques à leurs parents… Comment alors, en tant que parent, faire son devoir de vigilance quand les outils sont mal compris et mal maîtrisés ? J’ai rencontré pléthore de parents mais aussi d’enseignants démunis face à cette problématique.

Le cyber-harcèlement, un harcèlement comme les autres ?

Oui. Parler du cyber-harcèlement revient exactement à parler du harcèlement tout court. Les ressorts sont les mêmes : rejet de la différence, effets de groupe, pression de conformité etc. Ce sont uniquement les moyens qui changent, et l’impact aussi, qui est souvent bien plus important en raison de l’incroyable pouvoir de diffusion des Réseaux Sociaux.

En réalité le cyber-harcèlement est simplement une extension du harcèlement dit « classique » (qui a lieu physiquement dans la cour de récréation), avec quelques spécificités en plus. Malheureusement ces spécificités ne sont pas négligeables : avec les réseaux sociaux, l’enfant visé se retrouve harcelé 24h/24 et parfois jour et nuit, quand auparavant il pouvait retrouver une forme de sécurité en rentrant chez lui après l’école. Et de plus la « force de frappe » des Réseaux Sociaux est bien plus importante qu’un évènement qui a simplement lieu dans la cours de l’école.

Cyber-violences : et si on montrait l’exemple ?

Bien souvent les adultes ne montrent pas particulièrement l’exemple : les échanges virtuels entre adultes sont de plus en plus violents, et virent très rapidement au rapport de force, à l’ironie et au cynisme.

Les « autorités naturelles » faillissent de plus en plus souvent à leur devoir auprès des adolescents. Nos représentants politiques eux-même tombent dans le piège de l’instantanéité, de l’hyper-réaction, et parfois même de l’insulte… Comment demander aux adolescents d’être « meilleurs » que nous dans ce contexte ? Comment leur parler de citoyenneté et de respect de l’autre ?

Et enfin, nous adultes, ne sommes-nous pas un peu hypocrites dans cette affaire ? Quand je lis certains échanges entre adultes sur Twitter ou Facebook, il m’arrive de le penser.

Les 3 commandements de la lutte : Comprendre, Protéger, Agir

Voici une partie des points abordés durant l’intervention :

  • Comprendre les conséquences de mes actes sur Internet : Qui harcèle et pourquoi ? Qu’est-ce que le cyber-harcèlement et comment se manifeste-t-il ?
  • Me protéger et protéger les autres sur Internet : Qu’est-ce que la vie privée ? La « mémoire d’Internet ». A qui appartient ce que je poste sur Internet et les Réseaux Sociaux ?
  • Réagir à une situation de cyber-harcèlement : L’empathie et l’impulsivité sur Internet. Que dit la loi ? Je suis la victime, je connais une victime : Que dois-je faire ? A qui en parler ?

1 intervention = 1 jeu interactif qui suscite réactions et échange

Nos interventions s’inscrivent dans les liste des « Actions éducatives prioritaires » du Conseil Général des Bouches-du-Rhône. Une séance est construite sur la base d’un jeu de plateau questions/réponses qui amène les adolescents à réfléchir sur une définition ou une problématique, à échanger et à se positionner face à une situation.

L’organisation de la salle de classe est elle aussi modifiée afin de créer un contexte qui revêt un caractère « exceptionnel » dans leur quotidien scolaire, toujours afin de favoriser les échanges et le dialogue : les élèves sont répartis en 4 équipes.

Vous l’aurez compris, l’intervention n’a rien d’une conférence avec l’intervenant au tableau… nous avons souhaité créer un environnement original, qui sorte les élèves de la configuration classique professeur/élève. C’est aussi pour cela que nous avons souhaité concevoir un jeu de plateau qui place les élèves en équipe et les pousse à intervenir individuellement et collectivement.


Site de l’association La Conflagration

En collaboration avec

Lexique des termes du Webmarketing

Panorama des métiers et spécialités du Webmarketing

Voici un panorama non exhaustif des métiers du Webmarketing et plus généralement du Digital. En réalité, plus que de métiers, on peut parler ici de compétences. En effet, dans les TPE et PME, on demande souvent aux équipes Webmarketing d’être compétents dans une bonne partie des domaines ci-dessous…

Métiers du Développement Web – Métiers du Webmarketing – Métiers du Design Web

Le Webmarketer, un touche-à-tout

Le Webmarketer a pour mission de trouver tous les moyens pour générer puis augmenter le trafic d’un site. Ce métier s’exerce dans un grand nombre de contextes : sociétés pure player ou non, agences web, indépendants etc. Il est en liaison avec la Direction Commerciale, la Communication et les services techniques afin de définir la stratégie marketing du site web.

Son quotidien de répartit entre ces tâches/responsabilités :

  • Connaître de façon assez fine les internautes et leur comportement
  • Définir et adapter la stratégie marketing du site en choisissant les bons léviers d’acquisition et fidélisation
  • Mesurer l’impact des solutions mises en place
  • Fidéliser les internautes
  • Acheter des espaces pour promouvoir le site auprès des différents médias
  • Effectuer une veille stratégique de la concurrence et des partenaires potentiels

Webmarketer est donc une profession qui nécessite une grande polyvalence, car les tâches sont nombreuses, mais aussi et surtout un grand intérêt pour le Web, et plus spécifiquement le Web 2.0 (web de l’interactivité, des réseaux sociaux). Ce dernier doit être capable de suivre et s’adapter aux constantes évolutions des nouvelles technologies et plateformes de médias.

Où le trouver : Agences Web, TPE et PME pure player ou non.

Le Référenceur, l’expert SEO*

Le Référenceur (ou SEO Manager) est l’expert en référencement naturel. Ce métier s’exerce dans des Agences Web, des très grandes entreprises pure player ou très souvent, en indépendant. Cet expert SEO a pour objectif d’accroître la visibilité et l’audience des sites web via les moteurs de recherche (essentiellement Google qui capte actuellement 95% du trafic), tout en rendant plus accessibles les différentes informations aux internautes.

Sa tâche principale consiste à définir les objectifs de positionnement des pages d’un site sur les moteurs de recherche, en déterminant les expressions ou mots clés à cibler pour obtenir du trafic ou des ventes. La veille stratégique est elle aussi une part assez importante du quotidien du référenceur, car l’algorithme du moteur de recherche Google connaît chaque année d’importantes évolutions auxquelles il faut s’adapter.

Il arrive parfois que le Référenceur soit aussi responsable des campagnes d’affiliation ou de liens sponsorisés sur les moteurs de recherche.

*SEO = Search Engine Optimisation, ou Référencement naturel en français.

Où le trouver : Agences Web, Grandes entreprises pure player ou non.

Le Community Manager, un bon communicant

Community Manager est LE métier le plus connu du Webmarketing. On le trouve dorénavant un peu partout puisque les marques ont largement développé leur présence sur les Réseaux Sociaux ces dernières années… Ce dernier est chargé de construire des relations durables avec les clients et prospects, à travers des espaces communautaires (forums, blogs, réseaux sociaux). Souvent mal connu, ce métier est avant tout celui d’un communicant hors pair… Voici ses responsabilités :

  • Être ambassadeur de la marque/entreprise : le Community Manager est le porte-parole de la marque et interlocuteur reconnu de ses clients sur les espaces web communautaires où ils s’expriment (forums de discussions, blogs, etc).
  • Gérer et animer les communautés en orientant les clients-internautes vers des espaces de communication web maîtrisés (blogs et forums « corporate », page Facebook etc.). Il anime ces espaces en fournissant des contenus pertinents (ex : offres commerciales et événementielles, jeux, réponses aux questions d’internautes).
  • Faire de la veille : en effet, la veille représente une grande part de l’activité du Community Manager car ce dernier est garant de la bonne E-réputation de l’entreprise qu’il représente… et ça n’est pas rien !

Où le trouver : TPE, PME et Grandes entreprises.

Le Traffic Manager, le nez dans les chiffres

Le traffic Manager est le responsable gestion de trafic web. Son métier est très technique et on le retrouve le plus souvent en agences de marketing web. Il est le garant du tracking des actions et analyse les statistiques de trafic et/ou de vente d’un site web. Il fait aussi des reportings chiffrés. Ses outils de travail de prédilection sont les outils de Webanalytics comme Google Analytics.

Voici une liste non exhaustive de ses tâches/responsabilités :

  • Définir les stratégies d’acquisition et d’optimisation du trafic
  • Utiliser les outils de reporting automatisé du trafic afin de suivre et d’analyser l’audience du site via les KPIs (Key Performance Indicators)
  • Concevoir des tableaux de bord d’activité ou reportings.
  • Suivre l’indexation des pages des sites dans les moteurs de recherche, le taggage des campagnes etc.
  • Effectuer une veille sur les évolutions technologiques d’Internet
  • Suivre les évolutions des comportements des internautes/consommateurs sur le Web

Où le trouver : Agences Web, Grandes entreprises.

Le chef de pub, organisateur de campagnes pub

Le chef de pub (ou Media Planner) prévoit et coordonne les passages des campagnes publicitaires dans les différents médias traditionnels et web via l’élaboration d’un plan média. Il est l’intermédiaire entre l’annonceur et les régies publicitaires : il recueille ainsi les besoins de l’annonceur, élabore et propose une stratégie de campagne et négocie les budgets.

En Webmarketing, il intervient notamment en SEA*, mais aussi en Display et Affiliation.

*SEA = Search Engine Advertising, ou Référencement payant en français.

Où le trouver : Régies publicitaires, Agences Web.

Le chef de projet Web, l’architecte des sites web

Le chef de projet Web (ou Online Project Manager) définit la stratégie et les objectifs du site Web. C’est souvent lui qui rédige le cahier des charges, qu’il transmettra par la suite aux techniciens pour la mise en œuvre. Le chef de projet web est donc la passerelle entre le client, les rédacteurs, les techniciens, les développeurs, intégrateurs et, bien sûr, les internautes puisqu’ils sont les clients finaux.

Où le trouver : Agences Web, Entreprises pure player.

Le rédacteur web, la plume de votre site

Le rédacteur web est un pro de l’écriture Online, qui doit parfaitement maîtriser les codes du SEO (ou référencement naturel) afin d’optimiser le référencement du site au travers de ce qu’il rédige. L’écriture web est l’élément central d’une stratégie de Content Marketing, discipline du Webmarketing qui consiste à déployer des actions marketing à partir du contenu. Il a donc pour objet la production de contenus éditoriaux, naturellement viraux car ayant vocation à se propager d’eux-mêmes, et notamment sur les réseaux Sociaux.

Où le trouver : Agences Web, Entreprises pure player.

L’ergonome, l’expert UX*

L’ergonome se trouve le plus souvent en Agence ou dans des très grandes sociétés spécialisées dans les interfaces web complexes. Son métier consiste à rechercher les conditions d’interfaces idéales de lisibilité et d’utilisation optimales d’un site Internet. Quand vous vous dites « ce site est bien fait » ou « il est facile à utiliser », c’est souvent qu’il y a un -bon- ergonome derrière… Ce poste se trouve essentiellement dans les grandes entreprises car dans des sociétés de taille plus modeste, le Webmarketer ou le Chef de projet prennent souvent à leur charge la responsabilité de l’ergonomie d’un site.

*UX = User eXperience, ou Expérience Utilisateur en français

Où le trouver : Agences Web, Grandes Entreprises pure player.

Le Webdesigner, un graphiste expert Web

Le Webdesigner est le plus souvent rattaché à l’équipe Design qu’au Webmarketing et est chargé de réaliser la conception d’une interface web : l’architecture interactionnelle, l’organisation des pages et la navigation.

Ce graphiste « expert Web » intervient dès le début du projet : il élabore les maquettes des pages du site et produit les différents éléments graphiques du site. Il conçoit l’identité visuelle et la charte graphique des sites, tout en tenant compte des contraintes spécifiques du support Internet en termes d’ergonomie, d’utilisabilité et d’accessibilité.

Où le trouver : Agences Web, Grandes Entreprises pure player.

Le Data Analyst

Souvent de formation Ingénieur en Informatique, le Data Analyst est un des métier né avec le Big Data (concept d’une entreprise qui dispose d’une très importante quantité de données sur ses utilisateurs, et notamment des données comportementales).

Ce métier a pour vocation d’extraire de ces données brutes des pistes et des informations permettant à l’entreprise de prendre des décisions d’ordre stratégique, et aussi de segmenter les données par typologies d’utilisateurs. Le Data Analyst transforme donc des données brutes en informations exploitables grâce notamment, à des algorithmes de traitement des données.

Où le trouver : Agences Web, Grandes Entreprises pure player.

Le Responsable E-commerce

Le Responsable E-commerce a une vue très commerciale. Son objectif est financier et ROIste : augmenter les ventes en ligne du ou des sites dont il est responsable afin de faire grimper le chiffre d’affaires de l’entreprise. Et pour cela, il utilisera tous les leviers webmarketing à sa disposition : référencement naturel (SEO), référencement payant (SEA), emailing, affiliation, display, réseaux sociaux…

Le Responsable E-commerce est souvent l’intermédiaire entre les différents services (logistique, commercial…) et s’assure du bon déroulement des ventes en ligne (stocks, pricing, technologies de paiement en ligne, outils SAV…). Il est aussi attentif aux questions ergonomiques et de parcours clients.

Où le trouver : PME, Grandes entreprises pure player.

Le Content Manager

Le Content Manager a pour objectif d’améliorer l’image de la marque ou de l’entreprise sur Internet, via le travail du contenu (textes, visuels, vidéos). Il met en place la stratégie éditoriale en ligne de l’entreprise.

—Son métier consiste à déployer des stratégies et des actions marketing à partir du contenu, lui-même issu du métier, des produits, des actualités des marques. —Il permet ainsi par son action de renforcer une image, de fidéliser les clients, d’augmenter les ventes…

Où le trouver : Agences Web, Grandes entreprises pure player.

Le Chef de projet CRM, expert de la relation client

Ce dernier est responsable de la relation client, il a pour fonction de comprendre ses clients afin de mettre en place des outils d’acquisition et de fidélisation, via l’utilisation d’un CRM.

Le CRM (Customer Relationship Management) est un outil permettant de gérer sa base de données client en y ajoutant notamment des règles de gestion relationnels. Par exemple : si un client abandonne son panier, on pourra lui envoyer un email automatique de relance quelques jours plus tard…

Ce métier nécessite des compétences en Marketing mais aussi en Informatique.

Où le trouver : Agences Web, entreprises pure player.

Le Développeur web

Le développeur web (ou programmeur, ou codeur) est celui qui crée le code des sites Internet. C’est un technicien expert dans un ou plusieurs langages de programmation front-end (HTML, CSS, Javascript) et/ou back-end (PHP, Python…). Le développeur travaille le plus souvent en équipe. Il peut aussi être spécialiste dans un langage de programmation dit « natif », notamment dans le domaine des applications mobiles Android et IOs.

Où le trouver : Agences Web, TPE, et Grandes entreprises pure player ou non.

Le Webmaster, le métier presque disparu

Ce métier n’existe plus vraiment, mais on le retrouve parfois encore dans l’intitulé de certaines offres d’emploi. Il y a quelques années, lorsque les sites internet étaient moins complexes, il était courant qu’une seule personne soit en charge de tout : l’esthétique du site, sa mise en place technique et le Webmarketing. le Webmaster était alors le responsable du site Internet. Suivant la taille de la structure dans laquelle il travaillait, il avait plus ou moins de nombreuses responsabilités. C’était un poste très polyvalent et qui nécessitait souvent des compétences techniques.

Le métier de Webmaster s’est aujourd’hui diversifié en une galaxie de spécialités dont beaucoup sont listées ici.

A vous de choisir le métier qui correspond le mieux à vos compétences… et à vos envies !

 

Pourquoi un blog dans sa stratégie Réseaux Sociaux ?

Dans toute stratégie Social Média qui se respecte, le blog est un élément central, la charnière qui relie vos présences sociales à votre site internet. Et cerise sur le gâteau, votre blog « travaille » pour le référencement naturel de votre site… explications.

 

Et au fait, c’est quoi un blog ?

Un blog peut être de taille importante ou minimale. En effet la rubrique « Actualités » de votre site vitrine ou E-commerce est déjà un blog, car les articles et contenus y sont organisés de manière chronologique : le contenu le plus récent apparaît en 1er. Les blogueurs quant à eux, utilisent des supports de grande ampleur avec des catégories et sous-catégories d’articles. Cela dit pour se lancer dans ce type de blog, il faut être en capacité de publier 1 à 2 fois par jour…

Si je prends mon propre exemple, l’article que vous êtes en train de lire fait partie de la rubrique « Actualités » de mon site, bien que mon site ne soit pas un blog. Mon site blue-bee-land.com est donc un site vitrine, qui intègre une partie blog :

Utiliser un blog ou publier directement sur les Réseaux Sociaux ?

Les contenus que vous publiez sur les Réseaux Sociaux sont mal référencés par Google. Un article publié sur Facebook par exemple, ne remontera pas dans la SERP (ou Page de résultat de moteur de recherche) Google, tout simplement parce que le robot indexeur Google (le Googlebot) considère que les contenus issus des Réseaux Sociaux ne sont pas de qualité suffisante pour être proposés à l’internaute… Ce qui la plupart du temps, n’est pas franchement faux.

Mais vous allez me dire : « quand je saisis le nom de mon entreprise dans Google, ma page Facebook remonte dans les résultats »… Oui c’est exact, la page dans sa globalité remonte, mais pas les articles qui y sont publiés… grande nuance. Voici un exemple : si vous publiez un article sur Facebook qui s’appelle « Comment référencer son site web ? », il n’y a aucune chance que l’internaute qui souhaite en savoir plus sur ce sujet tombe sur votre article dans les résultats Google, car il n’est présent que sur Facebook. Aucune. Par contre, si vous écrivez votre article sur un blog, ce dernier remontera dans les résultats du moteur de recherche…

Une utilisation de blog que je vous conseille :

  1. Mettez en place un blog (ou rubrique Actualités) sur votre site
  2. Rédigez-y tous vos articles
  3. Partagez ensuite sur vos réseaux sociaux à partir du blog… et oui, c’est aussi à ça que servent les boutons de partage sur les blogs !

Blog et Référencement naturel

Et enfin, l’autre avantage du blog, et ce n’est pas le moindre, c’est que votre blog favorise le référencement naturel de votre site, du moment qu’il est installé sur le même domaine que ce dernier. Pourquoi ? Car les sites régulièrement mis à jour sont favorisés par Google. La rubrique Actualités d’un site est alors un bon moyen d’avoir régulièrement des contenus « frais » sur son site Internet.

Et de plus, le blog génère du trafic en provenance des réseaux sociaux (puisque les articles y sont partagés). Cela permet de multiplier les liens entrants (backinks), importants dans une Stratégie de Netlinking.

Formation Stratégie Digitale – Tour d’horizon des leviers du Webmarketing

Objectifs de la formation

  • Connaître et savoir mobiliser les différents leviers Webmarketing
  • Exploiter toutes les opportunités d’Internet pour son marketing
  • Mettre en place une stratégie de Communication digitale adaptée
  • Suivre le ROI de ses actions

Points abordés :

  • Conception de sa stratégie Webmarketing : quel levier pour quel objectif ?
  • Connaître les fondamentaux du référencement naturel (SEO)
  • Écrire pour le Web / Content Marketing
  • Mettre en place une stratégie de mail Marketing
  • Mettre en place une stratégie Réseaux Sociaux en BtoB et/ou BtoC
  • Mettre en place une stratégie de mesure d’audience adaptée via Google Analytics

Pour qui ?

Responsables de la Communication, Chargés de communication, Directeurs de la Communication, Chefs de projet Webmarketing, Chefs d’entreprise…

 

Choisir ses leviers webmarketing de génération de trafic

Le SEM, le Display, l’Affiliation… vous souhaitez développer votre trafic mais vous vous demandez quels leviers webmarketing utiliser ? Voici une liste détaillée des leviers d’acquisition disponibles et des avantages/objectifs de chacun.

 

Le SEM ou Search Engine Marketing

Le SEM est lié à la promotion d’un site ou service via les moteurs de recherche, essentiellement Google, qui capte actuellement 95% du trafic en France. Cette spécialité regroupe donc le SEA (référencement payant) et le SEO (référencement naturel).

  • Visibilité ↑
  • Acquisition ↑↑↑
  • Rentabilité ↑↑↑

L’Email Marketing

Contrairement à une idée reçue, l’e-mailing reste un outil efficace. Les annonceurs ont professionnalisé et optimisé leurs campagnes en abandonnant l’envoi en masse sur des bases de données non qualifiées, autrement dit, en ciblant mieux. De plus, si vous choisissez bien vos pages de destination, ce levier peut créer une synergie redoutable avec votre site web.

  • Acquisition ↑↑
  • Fidélisation ↑↑↑

L’Affiliation

L’Affiliation est une technique -inventée par Amazon- qui permet à un site commercial de relayer ses offres sur un grand nombre de sites. L’objectif est de permettre au site de développer ses ventes en ligne. L’affiliation est donc un partenariat entre un éditeur de site et un annonceur (site e-commerce, services, banque ou assurance) qui peut ou non se concrétiser par l’intermédiaire d’une Régie publicitaire.

  • Visibilité ↑↑
  • Acquisition ↑↑↑
  • Rentabilité ↑↑↑

Le Social Média Marketing

Tout le monde peut tirer un réel profit de l’utilisation des réseaux sociaux à condition que cette approche soit réfléchie et structurée. Il est donc important de maîtriser ses objectifs et la technologie avant de se lancer et le bénéfice à moyen et long terme peut être immense !

  • Visibilité ↑↑↑
  • Engagement ↑↑↑
  • Fidélisation ↑↑↑
  • Acquisition ↑↑
  • Rentabilité ↑↑

En savoir plus sur les stratégies Réseaux Sociaux pour TPE et PME.

Le Display

La publicité Display consiste à diffuser dans des encarts publicitaires de sites internet des annonces, textuelles ou mêlant texte et visuel, appelées communément des bannières. Ces annonces peuvent prendre la forme de bannières horizontales mais aussi de pavés (carrés ou rectangulaires) ou de bandeaux verticaux. Le Display représente 27% de la part moyenne du budget dans le Mix Média Digital en France.

  • Visibilité ↑↑
  • Acquisition ↑↑
  • Rentabilité ↑↑

Les RP Digitales, Influence, E-réputation

Les RP (Relations Presse) Digitales découlent directement des RP traditionnelles, seule la cible s’est diversifiée. En effet, les RP traditionnelles consistent à transmettre une information aux journalistes, en utilisant un angle d’attaque efficace. Dorénavant, il faut aussi savoir communiquer auprès des influenceurs, blogueurs et via les Réseaux Sociaux… les relations presse sont donc devenues digitales : il vous faut identifier les acteurs auprès desquels communiquer et influencer votre E-réputation, avec des contenus pertinents.

  • Visibilité ↑↑
  • Branding ↑↑↑

Comparateurs et Places de marché

Les comparateurs sont des agrégateurs de contenus (ou métamoteurs) qui permettent de faire un comparatif (de prix, le plus souvent) entre différents services web. Être présent sur ces métamoteurs peut être très intéressant pour un site marchand car ce dernier voit ses produits mis en avant en fonction de leur compétitivité tarifaire.

La place de marché quant à elle, permet de donner de la visibilité à ses produits via un site tiers de confiance. Ce site tiers gère aussi le plus souvent les transactions financières. La place de marché actuellement la plus connue -et la plus utilisée- est Amazon bien sûr. De nombreuses boutiques de toutes tailles y proposent leurs produits.

  • Visibilité ↑↑
  • Acquisition ↑↑↑
  • Rentabilité ↑↑

Les spécificités de l’écriture web (Content Marketing)

Il est aisé de penser qu’écrire est toujours écrire, peu importe le support… ce serait une erreur. Le rédacteur web n’est pas un rédacteur comme les autres car il connaît les contraintes et les spécificités de l’écriture web. Passage en revue des spécificités de l’écriture web.

 

L’écriture web est l’élément central d’une stratégie de Content Marketing, discipline du webmarketing qui consiste à déployer des actions marketing à partir du contenu. —Il a donc pour objet la production de contenus éditoriaux, naturellement viraux car ayant vocation à se propager d’eux-mêmes, et notamment sur les réseaux Sociaux.

L’article que vous êtes en train de lire est typiquement un exemple de Content Marketing…

Qu’est-ce qu’un contenu web ?

Un contenu web n’est pas forcément uniquement du texte : les images, les vidéos, les animations, les infographies sont aussi des contenus. Pour autant, tout le monde en produit et souvent sur des thématiques identiques… comment ressortir du lot ? Comment être visible ? Comment faire en sorte que mes articles, pages, produits remontent en tête des résultats Google ? C’est là qu’intervient le savoir-faire du rédacteur web.

Des contenus SEO-friendly

Une des spécificités du rédacteur web est justement de connaître les fondamentaux du référencement naturel (SEO). Les contenus qu’il produit se doivent en effet d’être à la fois qualitatifs et pertinents sur le plan de la rédaction et du sens, mais aussi optimisés sur le plan SEO (référencement naturel). Le rédacteur web écrit donc pour 2 entités : le lecteur « humain » et le robot Google.

En effet, s’il n’y pas assez de contenu textuel dans une page, Google aura du mal à l’analyser et donc sa visibilité sera très moyenne. Google exige par exemple un nombre minimum de 300 mots dans la zone éditoriale d’une page, soit en dehors du header, du footer et des menus de navigation.

—Le rédacteur web doit au préalable établir une sélection de mots clés judicieusement placés dans son texte mais aussi dans les balises des images/vidéos d’illustration. —La qualité des textes, le choix de mots clés pertinents liés au sujet abordé et la présence de liens dans le corps du texte sont primordial. Il faut aussi faire des phrases courtes, simples et bien construites.

Les fondamentaux d’une écriture web de qualité

Un texte web de qualité conjugue l’esthétisme, la clarté du message transmis et la mise en valeur appropriée des informations. Et par dessus tout, un bon message web se doit d’être intérressant ! Posez-vous toujours cette question : pourquoi me lirait-on ? Qu’est-ce que j’apporte de plus au lecteur ?

Et enfin, mettez-vous toujours à la place du lecteur potentiel : que cherche-t-il ? De quelles informations a-t-il besoin ?

Le texte web, un texte pas comme les autres…

En effet, si l’on retrouve la construction habituelle « Titre + Intro + Développement », les messages web sont aussi souvent accompagnés de liens hypertextes, d’images, de vidéos et de fonctionnalités interactives type « dépôt de commentaires ».

Passage en revue des éléments constitutifs d’un message web :

  • Le titre : court (4 à 10 mots), très visible, idéalement H1, purement informatif.
  • L’introduction (ou « chapô » en language journalistique) : max. 50 mots, concis, 1 seul et unique paragraphe. Doit répondre à la fameuse règle des 5W.
  • Le développement : minimum 300 mots, hiérarchisez les informations suivant une progression, prévoyez des intertitres, 1 idée = 1 paragraphe.
  • Les liens hypertextes : de 3 à 6 mots, 7 liens max dans le corps du texte, rédigez des liens explicites (pas de cliquez-ici !)
  • Les images et/ou des vidéos : associez des titres alternatifs à vos images, ajoutez des légendes.

Et maintenant… à vos claviers !

Réseaux sociaux : Mettre en place sa stratégie

En tant que consultante en Stratégie Social Média, j’ai très souvent entendu cette phrase dans la bouche de dirigeants de TPE et PME  : « On m’a dit qu’il fallait être sur les Réseaux Sociaux, alors on a ouvert un Facebook. » Non non non, ne le prenez pas à la légère, votre stratégie sur les Réseaux sociaux doit être réfléchie et organisée en amont.

 

J’entends partout et toute la journée parler des Réseaux Sociaux mais dans la réalité, je réalise que leur méconnaissance est élevée, et leur utilité mal cernée. Et d’ailleurs je le dis et je l’assume : IL N’EST PAS OBLIGATOIRE D’ÊTRE SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX ! Et ce même pour une entreprise.

Pour autant être sur les réseaux sociaux peut s’avérer être un véritable atout, mais à condition que l’on ait établi une stratégie solide et réaliste au préalable. Dans le cas contraire, mieux vaut éviter ou être présent en version minimale : une fiche avec les coordonnées, point. Attention, une présence mal gérée ou peu entretenue peut s’avérer contre-productive pour une société : une entreprise dont la page Facebook n’a pas été mise à jour depuis 1 an renvoie une image négative à celui qui la consulte.

Le stagiaire et l’employé désigné

Pour illustrer mon propos, voici donc le dialogue « Moi Vs. Chef d’entreprise » dans son intégralité :
Lui : « On m’a dit qu’il fallait qu’on soit sur les Réseaux Sociaux… »
Moi : « Bonne idée, mais êtes-vous prêt ? Avez-vous les ressources nécessaires ? Vous savez ça prend du temps… »
Lui : « Martine de la Compta a moins de boulot en ce moment, on veut qu’elle s’en occupe » ou « On pense prendre un stagiaire pour 6 mois, il s’en occupera »
Moi : « C’est un peu plus compliqué que ça… »

Oui c’est un peu plus compliqué que ça. Savez-vous réellement en quoi consiste le métier de Community Manager ?

Community Manager, un job de communicant

Community Manager est probablement le métier « star » du Webmarketing : il est toujours le premier cité par mes stagiaires lorsque je leur demande quels métiers du Web ils connaissent, mais il est aussi le plus mal connu. Tentez l’expérience : demandez à des gens autour de vous quels sont, selon eux, les tâches quotidiennes d’un Community Manager. La plupart du temps ils vous répondront : « il publie sur Facebook ».

La réalité de ce métier est plus proche de ça :

  • 30% du travail de Community Manager consiste à faire de la veille pour traquer le moindre message, post, article mentionnant l’entreprise et répondre/alerter en conséquence.
  • 30% consiste à analyser les statistiques de communauté (taux d’engagement, de clics etc.) et faire des reportings.
  • 40% consiste à produire des contenus sur les différents supports (blog, Réseaux Sociaux, site internet parfois)

Le Community Manager doit donc connaître parfaitement l’entreprise qu’il représente : il sait quel ton prendre avec sa communauté, quel wording de communication l’entreprise utilise, il connaît les produits, est attentif à tout ce qui se dit sur la société et le fait remonter… bref, il est garant de l’E-réputation de l’entreprise, excusez-le du peu.

Community Manager est un métier à part entière, qui nécessite une bonne connaissance d’internet mais aussi un savoir-faire et savoir-être de communicant. En ce sens, je déconseille aux sociétés de prendre un jeune stagiaire pour effectuer ces tâches, sauf s’il est accompagné. Son manque de connaissance de la société -légitime puisqu’il est tout neuf- le mènera sans doute à commettre des maladresses de communication. Autre problème très souvent rencontré : au départ du stagiaire, impossible de reprendre la suite faute d’avoir les codes, la page Facebook de l’entreprise étant rattachée au profil privé du stagiaire… un grand classique.

Confier les Réseaux sociaux à un employé, bonne ou mauvaise idée ?

Entretenir des réseaux sociaux prend du temps : il faut trouver des sujets, prendre des photos, rédiger les articles, modérer les commentaires et nous savons que les petits structures n’ont pas de Community Manager à proprement parler.

Très souvent un employé qui exerce déjà une autre fonction se voit confier cette responsabilité en plus de ses tâches habituelles. Cela est tout à fait normal pour une TPE ou une PME qui n’a ni le besoin, ni l’argent pour embaucher un Community Manager à 35H par semaine…

Confier cette tâche à un employé peut s’avérer très efficace, mais à 2 conditions :

  • Formez la personne : il y a une différence entre avoir une page perso sur Facebook et gérer une communauté. Rappelez-vous : Community Manager est un vrai métier.
  • Évaluez ce temps de travail et intégrez le dans son planning hebdomadaire : si vous ne dégagez pas du temps à votre employé, vous prenez le risque que ses priorités courantes passent systématiquement avant ses tâches sur les réseaux sociaux… et petit à petit les 2 publications par semaine deviendront 1 publication par semaine. Enfin comme c’est souvent le cas, votre page Facebook ou votre compte Twitter seront définitivement laissés à l’abandon au bout de quelques semaines…

Les Réseaux Sociaux : s’organiser et se former

En conclusion, votre stratégie sur les Réseaux Sociaux doit être cohérente avec vos possibilités. Si vous ne pouvez consacrer que 2 heures par semaine aux Réseaux Sociaux, ne prévoyez pas une stratégie disproportionnée à 1 publication par jour ! Fixez-vous des objectifs atteignables, et n’oubliez pas la formation !

Formation Réseaux Sociaux et E-réputation

A qui s’adresse cette formation ?

Community Managers souhaitant perfectionner leurs techniques, responsables webmarketing, chefs de produit, chefs de projet marketing, directeurs marketing…

Objectifs de la formation Réseaux Sociaux et E-Réputation

  • Exploiter les nouveaux médias et en tirer des avantages sur le plan professionnel.
  • Mettre en place sa stratégie Social Media : étudier ses cibles et définir ses objectifs de communication.
  • Gérer sa notoriété sur le web et mettre en place un dispositif efficace de surveillance de son E-réputation.
  • Comprendre les fondamentaux du rédactionnel en ligne.
  • Comprendre ce qu’est une ligne éditoriale et comment on la définit.
  • Concevoir un planning éditorial pour différents réseaux sociaux.

Points abordés durant les formations Réseaux Sociaux

Notions générales sur les Réseaux Sociaux

  • Qu’est-ce qu’un média social et un réseau Social ?
  • Quelques chiffres sur l’utilisation des Réseaux Sociaux en France et dans le monde.
  • Spécificités des principaux réseaux sociaux.
  • Comportements des usagers en fonction des réseaux.

Définir ses cibles sur les Réseaux Sociaux : Qui sont vos futurs visiteurs/fans ?

  • Des Entreprises : Petites ou grandes ? Quels secteurs d’activités ?
  • Des Particuliers : Familles, célibataires ? Quelles tranches d’âge ? Citadins, ruraux ? Quelle catégorie socioprofessionnelle ? Français ou étrangers ?
  • Identification et benchmark de la concurrence.
  • Rédiger un dossier de recommandations réunissant ses conclusions.

Définir ses objectifs de communication Social Média

  • A quoi sert votre communication sur les Réseaux Sociaux ?
  • Quelles informations devez-vous fournir ?
  • Quels services/outils souhaitez-vous proposer ?
  • Quel réseau social pour quelle cible ?
  • Pourquoi l’internaute vous suivrait-il ? : quelle est ma valeur ajoutée ?

Les différents Réseaux Sociaux, votre stratégie Social Média

  • Apprendre à intégrer les médias sociaux (réseaux sociaux, blogs, micro-blogs, interfaces communautaires…), à son action marketing.
  • Comprendre les spécificités des différents médias sociaux et choisir les réseaux adaptés à ses objectifs.
  • Animer son réseau social.
  • Identifier les leviers à actionner pour mener à bien des opérations marketing à mener en BtoB ou en BtoC.
  • Communiquer autour de sa marque, générer du buzz, créer une communauté, nouer des partenariats, recruter des collaborateurs…

Les outils et techniques de gestion des réseaux sociaux

  • Outils et applications de mesure de l’E-réputation et de l’activité.
  • Repérer les ambassadeurs et tisser des liens.
  • Travailler avec des influenceurs.
  • Analyser les statistiques d’audience de mes réseaux sociaux.
  • La publicité sur les Réseaux sociaux.

Faire un état des lieux de son E-réputation

  • Qu’est-ce que l’E-réputation ?
  • Enjeux pour une entreprise
  • Enjeux pour un particulier
  • Les risques liés à une mauvaise gestion de son E-réputation
  • Comment diagnostiquer sa notoriété numérique.
  • La veille Social Média : outils et techniques.

Écrire pour Web : des robots et des hommes

  • Comment lier les différents réseaux ?
  • L’utilisation d’un blog dans une stratégie Social Média.
  • Chercher et insérer les mots clés dans ses articles/contenus.
  • Comment réagir en cas de commentaire négatif ?